Dessine-moi un rêve

Songe avec Laura Daniel

Illustration_Laura_Daniel

Le rêve de Joëlle par @laura_disegna

“Cette nuit j’ai rêvé que mon fils et moi chevauchions un dragon… et que tout autour dans le ciel, il y avait des toupies volantes de toutes les tailles et de toutes les couleurs”

C’est précisément ce songe nocturne que Laura (@laura_disegna) a sélectionné – parmi les centaines qu’elle a reçus – pour transmettre sa passion aux élèves du PAON en ce dimanche soir de septembre. 

Si Laura n’est pas “une illustratrice professionnelle”,  elle se plait à dessiner les rêves d’inconnus. Ce projet “arrivé au gré du hasard, [lui] a permis de progresser dans [sa] pratique personnelle.” Donc, nul besoin d’avoir un don. Et c’est ce que elle “aime dans l’essence du projet du PAON : une approche décomplexée de l’art, axée sur la pratique”.

Comment lui est venue cette idée si originale de dessiner les rêves ?! Elle nous raconte que tout a commencé en décembre dernier : “j’étais en vacances et j’ai reçu le même jour deux messages de mes plus proches amis me racontant leur rêves, et j’en faisais partie. J’ai trouvé que c’était une jolie coïncidence, et j’ai décidé de les dessiner. J’ai publié ces dessins sur mon compte instagram en invitant les gens à m’envoyer leur rêves, et j’ai pu commencer à constituer une bibliothèque de messages de rêves ! J’ai de l’imagination à l’état brut qui arrive dans ma messagerie, et je me régale.”

Un appel aux rêves et un confinement plus tard, elle en a fait une série onirique d’une étrange beauté, triée sur le volet parmi les plus de 400 rêves qu’elle a reçus. Car il y a des rêves qui se dessinent, et d’autres non. Les ingrédients magiques pour composer un rêve selon Laura ? 

  • Le choix du rêve : idéalement un rêve court avec une image forte, si possible absurde, drôle, ou fantasmagorique, avec un pouvoir narratif. 
  • La composition : travailler une composition brouillonne en plaçant grossièrement les éléments (protagonistes, objets, perspective, arrière-plan, texte,…). C’est un travail fondamental, la base de tout le reste. Ne pas hésiter à enfiler un costume de metteur en scène, et rester très près du texte ou s’en éloigner : l’univers du rêve permet toutes les interprétations.
  • Le crayonné : mettre au propre votre composition par le dessin, en s’aidant de banques d’images (Google ou autre) pour s’inspirer des différents formes de dragons. Evidemment, on peut inventer sa propre bestiole !
  • Le placement du texte : même avec de la préparation, on peut être surpris par la taille requise par le texte dans le dessin. Placer son texte au crayon de papier léger dans un premier temps, et  le peaufiner à la fin.
  • La colorisation : la couleur est le lieu du rêve par excellence. La voie est libre : vous pouvez décider de rester très réaliste, ou de surprendre par vos choix de couleurs (un dragon turquoise !). C’est ausis l’occasion de varier les techniques (fond aquarelle, détail au crayon de couleur, stabilo, gommettes, collages,…)
  • Et enfin, la finalisation : se garder un peu de temps pour affiner les détails, mettre son texte au propre, renforcer les couleurs, les contours,…

 

Elle nous avait prévenu : “il y va y avoir autant d’interprétations du rêve que j’ai choisi pour vous qu’il y a de participants à cet atelier”. Effectivement, nous n’avons pas été déçus !

Que c’est beau de rêver éveillés” confiera Claire à la fin de cet atelier. 

 

Et pour (re)voir la session d’illustration en replay*, c’est par ici !

* pour les abonnés