Une imprimante avec un coeur

Le conte d'Odélia

Odélia dans son atelier

Lorsqu’elle décide d’étudier les sciences politiques, Odélia a en tête de travailler dans des ONG. Après avoir fait ses expériences aux quatre coins du monde, à 25 ans, elle décide de donner un tournant à sa vie en se consacrant à l’art. Depuis 2017, elle s’adonne à la bande-dessinée dans la revue spirituelle Tenou’a. Et la suite… on la laisse vous la raconter !

 

Le PAON : Quel a été ton parcours ?

Odélia : J’ai étudié les sciences politiques et à 25 ans, j’ai décidé de devenir artiste. J’ai voulu essayer tout ce qui était possible d’essayer : j’ai fait des commandes pour des particuliers, pour la presse, j’ai fait des fresques murales, du design textile, du dessin live. Puis, progressivement, je me suis orientée vers la bande-dessinée. Je publie tous les trimestres dans une revue qui s’appelle Tenou’a. Cette année, je vais également sortir mon premier roman graphique avec trois co-autrices, aux éditions des Arènes.

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

Ca peut être tout et n’importe quoi ! Que ce soit une scène de dispute au supermarché, une expo que je vais voir ou bien un rayon de soleil… je vais voir quelque chose et me dire “tiens, ça, ça m’inspire !”. C’est comme si j’étais une imprimante avec un coeur. J’essaye de comprendre les images que les gens ont en eux et de les retranscrire sensiblement.

Quel est ton médium préféré ?

J’aime travailler avec tous les médiums impliquant l’eau ; surtout l’aquarelle et l’encre. Je peux parfois utiliser de la gouache ou de l’acrylique. Pour la ligne, j’aime la plume, les stylos à pointe fine ou les stylos feutres. 

Pourquoi as-tu rejoint l’aventure le PAON ?

C’est une démarche dans laquelle je me retrouve. Pas seulement comme prof, mais comme élève. J’ai commencé à dessiner tard et je me suis rendue compte que le talent, ce n’est pas  cette chose innée qui nous tombe dessus. C’est d’avoir une sensibilité et de décider de passer du temps et de l’énergie à la travailler. Qu’on y passe une heure et demie ou toute sa vie, c’est comme ça qu’on crée. C’est pourquoi je trouve que le PAON est une plateforme qui permet à tou.te.s d’explorer cette partie de sa vie.

Le PAON en un mot ?

Santé publique !

Quels cours as-tu conçus pour nos élèves ?

J’ai voulu prendre un conte que tout le monde connaît ; le Petit Chaperon Rouge, pour fournir un cadre dans lequel l’imagination de chacun peut s’exprimer. Dans la première séance, on va travailler sur les personnages. Réinterpréter les personnages, que ce soit leur vie intérieure ou leur aspect extérieur. Dans la deuxième séance, on va travailler sur le storyboard ; le squelette de la narration. Dans la troisième séance, on va rentrer dans le dessin des crayonnés. Dans la dernière séance, ce sera la finalisation : l’encrage, la couleur.

Et pour finir… as-tu des tips pour eux ?

D’avoir confiance dans leur sensibilité !

Odélia animera un cycle autour de la bande-dessinée pour inventer sa propre version du Petit Chaperon Rouge, accessible à tous les niveaux à partir du mardi 30 mars 2021. Pour s’inscrire, c’est par ici.

Et pour (re-)voir la vidéo d’Odélia, c’est par !

Pour suivre l’actualité d’Odélia, retrouvez-la sur :

Son site web : www.odeliakammoun.com

→ Son compte Instagram : @odeliakammoun